Créer un site internet

Moëlan notre commune : le handicap

Publié le 9 mars 2020

Quand nous parlons « handicap » la plupart d’entre nous entendent « accessibilité pour personnes à mobilité réduite (PMR) » cependant ce terme cache bien d’autres difficultés.

Mais prenons d’abord cet angle :

Depuis plusieurs années, des lois et des plans se sont succédés pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap et pour les « intégrer dans notre société ». Et bien peu de choses ont bougé.

En premier lieu, il est nécessaire de connaître le nombre de personnes concernées sur la commune et de quel type de handicap elles sont atteintes pour répondre au mieux à leurs besoins.

Nous pensons qu’il ne s’agit pas seulement d’intégrer, mais bien de permettre à toute personne porteuse de handicap (ou non) de vivre décemment, et comme il l’entend dans la société, et donc également dans sa commune.

Au niveau des villes, quelques progrès ont été réalisés dans le domaine de l’accessibilité PMR, mais bien des lieux restent encore inaccessibles.

A Moëlan, il n’y a eu aucune concertation entre les professionnels du commerce ou de santé pour avoir des avancées cohérentes.

Par exemple, certains commerces se sont mis aux normes, mais l’état des trottoirs ne permet pas d’y accéder ...

Autre exemple au niveau de l’intercommunalité : Il paraît encore compliqué aujourd’hui pour une personne en fauteuil roulant de prendre un transport au commun avec son fauteuil.

Il est nécessaire de réfléchir à la possibilité pour les Moëlanais et les touristes d’accéder à la mer, aux ports, au patrimoine. Actuellement, 2 sentiers sont adaptés mais mal entretenus.

Il est certain que l’on ne peut pas « bétonner » les chemins côtiers, que chaque lieu ne pourra être mis en accessibilité PMR, mais il est important de réfléchir pour améliorer les choses, sachant que d’autres villes ont su trouver des solutions.

Il est indispensable de réfléchir à l’accessibilité dans les domaines sportifs et culturels et dans celui des loisirs en général :

Comment pouvons-nous aider les différentes associations qui accueilleraient des personnes en situation de handicap ?

Comment aider l’accueil d’un enfant, d’un jeune en situation de handicap à la garderie, à la cantine, au centre de loisirs ?

Il ne s’agit pas seulement d’accessibilité PMR, mais aussi et surtout de l’accompagnement des handicaps invisibles ou dérangeants : autisme, troubles du comportement, déficience intellectuelle…

Nous proposons de travailler avec des associations qui organisent déjà des loisirs où enfants handicapés et enfants « ordinaires »se retrouvent, et ce, pour apprendre de leur expérience.

Nous pourrions étudier des partenariats avec des étudiants en formation médico-sociale pour aider en garderie, en ALSH …

Certains adultes ou certaines personnes âgées sont également confrontés au handicap en raison d’une maladie, d’un accident de la vie, de leur âge … Comment la commune peut-elle les accompagner dans leur vie de tous les jours ?

Ces handicaps ne sont pas toujours visibles ou peuvent être mal interprétés (enfant mal éduqué, personne qui a bu…)

Il est indispensable d’avoir des élus et des personnels d’accueil au public informés sur le handicap ainsi qu’une personne dédiée que toute personne en situation de handicap (ou sa famille) peut interpeler directement.

Les familles doivent aussi être écoutées et accompagnées dans leur difficulté et dans leurs besoins.

Il est nécessaire que la commission « accessibilité » soit élargie et devienne une « commission handicap ». Elle doit être composée d’élus, d’associations qui souhaitent y participer, mais aussi de personnes directement concernées (parents, personnes handicapées, professionnels…). Cela a été refusé par la mandature actuelle.

Il est évident que lorsque les personnes concernées s’expriment, les prises de décision sont plus adaptées et mieux comprises.

Nous pensons que l’aide aux personnes en situation de handicap est un plus pour tous les citoyens : un plus, car les adaptations sont bien souvent utiles à tous, améliorent la vie de chacun, un plus, car il est enrichissant de côtoyer des personnes qui vivent différemment.

Par expérience, on se rend compte que lorsqu’on réfléchit à des outils particuliers pour l’accueil des enfants handicapés à l’école ou dans les crèches, très vite ces outils deviennent indispensables pour tous les enfants de l’établissement.

Et n’oublions pas que chacun d’entre nous peut, un jour ou l’autre être confronté au handicap.

 

 

Pour rappel, voici l'intervention de Valérie Favril au conseil municipal du 3 juillet 2019 :

Sur le projet d’aménagement des liaisons piétonnes entre le centre bourg et Bazen-Huen dans le cadre du dispositif des amendes de police :

"Nous voterons cette demande concernant les subventions du dispositif des amendes de police. Cependant nous regrettons que cette liaison ne soit pas accessible aux personnes à mobilité réduite , en parie à cause d’un panneau de signalisation planté en plein milieu !

Rappelons d'ailleurs que les trottoirs partant du centre bourg (rue des écoles et rue de Quimperlé) sont en très mauvais état même pour des piétons sans difficulté motrice. N'aurait-il pas été préférable de d'abord investir pour la remise en état de ces trottoirs et de penser d'emblée aux enfants en poussette et aux personnes en situation de handicap ?"

 

Ajouter un commentaire