Moëlan notre commune : concernant la 5G et plus généralement les antennes

Quelques réflexions sur la 5 G et plus généralement les antennes

Publié le 4 mars 2020

Nous avons échangé au sein de la liste Moëlan notre commune suite à un mail sur les antennes et nous vous livrons quelques remarques issues de notre réunion :

Nous reconnaissons d’abord avoir peu de connaissances sur le sujet et que pour y répondre il nous faudra avoir recours à des « experts » du terrain et/ou des scientifiques pour nous éclairer.

Dans le doute, nous défendons un principe de précaution.

Par ailleurs, nous savons que de nombreuses personnes se plaignent sur notre commune d’être en zone blanche et de ce fait ne pouvoir communiquer ni par téléphone, ni par internet et être ainsi pénaliser dans nombre de démarches administratives. Il faut aussi tenir compte de la demande des touristes. Comment satisfaire ces besoins en nuisant le moins possible.

Nous ne sommes pas certains que la 5G soit indispensable et pensons que la 4G est suffisante. Comme vous le dites « à quoi sert d’avoir un frigo connecté ». Se pose outre la question de la santé et de la nature, la question des données personnelles.

Concernant la 4 G : nous souhaitons agir pour le déploiement de la fibre qui permettrait de diminuer le nombre d’antennes. Il faut prévoir dès qu’une route est ouverte pour travaux, que des gaines pour la fibre soient passées.

Nous pensons qu’il vaut mieux plusieurs petites antennes avec de faible portée qu’une grande pour des longue portée.

Il faut également une réelle transparence sur ce que les opérateurs prévoient et sur ce que les élus accordent. La discussion avec les différents citoyens est également indispensable pour trouver le meilleur compromis entre nécessité et protection de la santé et de la nature.

Nous nous tenons à votre disposition pour une rencontre ou pour d’autres échanges.

 

 

 

Pour rappel, voici une intervention de Valérie Favril en conseil municipal en 2019 :

Lors du conseil municipal, une question diverse, posée par Valérie Favril, notre élue, concernait les antennes de téléphonie mobile sur la commune.

Bien sûr, il ne s'agissait pas de traiter du fond en si peu de temps : La 4 G paraît indispensable de nos jours et beaucoup de Moëlanais se plaignent d'être dans des zones blanches. Mais d'un autre côté, les Moëlanais se plaignent également du risque sanitaire lié aux ondes et voudraient voir disparaître ces antennes. Ce débat mérite d'être posé et étudié tranquillement.

Non, lors du conseil, il s'agissait de la forme : où sont implantées les antennes et pour quelle portée ? Quelle information est donnée au public...

Le maire a fait une réponse longue et détaillée :

Il a d'abord repris l'historique de l'implantation des antennes à Moëlan : la proximité du château d'eau avec ses nombreuses antennes (17) juste à côté du collège, le collectif « château d'ondes » qui avait souligné la dangerosité de ses ondes et avait demandé un contrôle par un laboratoire. Les valeurs recueillies étaient inférieures à la réglementation en vigueur en France et rien ne pouvait justifier l'interdiction de ces antennes. Le projet Kerancalvez avait lui aussi échoué à la même époque.

Un compromis avait été trouvé de répartir des antennes sur la commune plutôt que d'avoir une concentration à un même endroit. Cela s'est accéléré du fait des soucis sur la structure du château d'eau qui de toutes façons ne pourra plus les supporter. Ce qui explique d'ailleurs la présence permanente d'un échafaudage sur le château d'eau pour l'installation des antennes actuelles.

Actuellement un premier opérateur (free) a implanté un pylône de 45 m sur le site de Kersalut. (sans problème particulier).

Orange est intéressé par 2 sites : un au sud de la commune, à proximité du village de Kerandoze, et l'autre dans le nord de la commune. Le pylône de Kerandoze pose souci et un collectif s'est créé contre.

La question de notre groupe est « pourquoi cette taille », « pour une portée de combien ? Clohars, Groix ? » « Pourquoi faire supporter à Moëlan un nombre important d'ondes plutôt que de répartir sur les communes voisines ? »

Bouygues et SFR viennent de réagir et ont décidé d'établir un seul pylône en centralité. La proposition faite est un site derrière la caserne des pompiers (masqué par l'usine).

Un autre pylône devrait aussi apparaître à Kercaradec (free).

Le maire conclut « bien sûr, il est toujours mieux que l'antenne soit chez le voisin. Mais le combat que nous devons tous avoir est de faire baisser les normes françaises qui sont au-dessus des normes européennes ».

 

 

 

Voici enfin un article publié sur notre ancien site en 2019 :

 

"Opérateurs contre téléspectateurs"

Le 26 mars dernier les fréquences utilisées pour la diffusion de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) ont été modifiées. Ces opérations avaient pour objectif de transférer des fréquences vers le Très Haut Débit Mobile (la 4G et plus tard, la 5G), dont les besoins sont en forte croissance.

En clair, il s’agissait de faire de la place aux opérateurs de téléphonie, comme Orange, Free, SFR, etc. Cette opération concernait surtout la Bretagne et la Normandie et touchait les 60% de la population disposant de la seule antenne « râteau » leur permettant de recevoir la télévision.

Pour beaucoup le changement s’est effectué simplement avec une nouvelle recherche automatique des chaînes sur leur récepteur. Pour d’autres, cela a été un peu plus compliqué, la recherche de chaînes a révélé une incapacité à recevoir certaines chaînes, différentes selon l’orientation de l’antenne, dirigée soit vers Vannes, soit vers Brest.

Pour les plus avertis, qui ne recevaient pas toutes les chaînes, il a fallu se retourner vers l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) et ils ont été invités à contacter leur antenniste. Si toutefois les réglages de l’antenniste ne suffisaient pas, il leur a été demandé de modifier leur mode de réception et de choisir un mode alternatif, type satellite, câble, ADSL ou fibre optique.

Des aides financières peuvent être accordées sous certaines conditions. 120 Euros TTC maximum pour adapter l’antenne râteau individuelle, 250 Euros TTC maximum pour passer à un mode de réception alternatif. Ces aides ont pour objectif d’assurer la continuité de la réception des foyers. Elles sont disponibles pendant une durée de 6 mois, à partir des changements de fréquences.

Grosso modo, cela signifie, que c’est vous qui devez payer les frais de l’antenniste, avec au mieux, si vous êtes averti, une subvention publique (vos impôts) vous permettant d’effectuer un réglage de l’antenne ou une modification du mode de réception.

Belle opération pour les opérateurs, les emmerdements pour le petit peuple, les surcoûts pour l’Etat et les bénéfices pour eux !

Il doit être bien content Mr Niel, le patron de Free, gendre de Mr Arnaud, première fortune de France et ami intime de notre président, en quelque sorte son Pygmalion. Sans oublier les Drahi et les Bouygues, autres soutiens à la « Macronie en marche », car tout ce beau monde, à la tête de ces entreprises de téléphonie, a de quoi se réjouir, ils sont devenus incontournables. Plus la moindre démarche administrative, plus la moindre déclaration d’impôts qui ne doivent passer par le filtre d’internet. Leurs « Boxs » et leurs forfaits n’attendent plus que votre participation financière, devenue obligatoire. C’est ça, « la  libre concurrence, non faussée », celle qui permet les ententes des opérateurs entre eux, sur le dos des finances publiques et des usagers. Celle qui leur permet de s’engraisser grâce à la complicité d’un pouvoir sous leur contrôle.

Encore une fois, les cas que l’on trouve à Moëlan en sont une illustration, la Macronie parisienne ne s’intéresse pas aux territoires, car c’est d’abord là que se situent les problèmes d’isolement et les difficultés d’accès aux services publics. Ce sentiment d’être méprisé, laissé et abandonné face à la puissance des grandes entreprises prédatrices entretient ce malaise lié avant tout aux inégalités croissantes que subit une grande majorité de la population.

Un exemple encore, l'antenne (Orange) de 30 mètres qui va être installée à Kerampellan, à Moëlan, quelles sont les informations qui ont été données aux riverains ? Sans la mobilisation de certains habitants, sans la question posée par l'élue de « Moëlan ma commune j'y tiens », la mairie et Orange auraient-ils consenti à en donner ?

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire