Le 1er mai :

1er mai fête des travailleurs

1er mai jour de lutte

 

Cette année, nous ne pourrons ni manifester ni faire notre repas traditionnel

pour fêter les travailleurs et non le travail comme on l'entend souvent.

 

Rappelons nous que cette fête est née de grèves, de manifestations qui parfois ont conduit à la mort de travailleurs.

Nous pensons à tous les travailleurs d'autant plus en cette période où certains sont exploités (encore plus que d'habitude), envoyés au « front » pour reprendre la métaphore guerrière de notre gouvernement.

A Moëlan, beaucoup travaillent pour l'hôpital, pour l'EHPAD, pour des structures médico-sociales ou à domicile auprès de personnes fragiles au risque de leur santé voire de leur vie.

Des heures supplémentaires en pagaille, des protections au minimum…pour un salaire de misère…

Beaucoup travaillent aussi dans l’industrie agro-alimentaire et continuent eux aussi à travailler pour que nous puissions nous nourrir.

Nous pensons à tous les travailleurs précaires, tous les chômeurs pour qui ces temps sont encore plus difficiles. Moins de CDD, moins d’intérim, plus d’entrave à la recherche d’emploi…

Nous pensons aux travailleurs qui risquent leur santé uniquement pour » permettre au capitalisme de ne pas s'effondrer », qu’on culpabilise parce que égoïstes, ils ne voudraient pas prendre leur part dans ce moment de crise.

Nous pensons à tous les petits entrepreneurs, indépendants qui voient leur revenus personnels se réduire à néant et leur entreprise risquer de disparaître.

A Moëlan, beaucoup vivent du tourisme (restauration, bar, loisirs…) et la saison s’annonce plus que morose. Des paramédicaux se retrouvent aussi en difficulté.. Que vont-ils devenir ? Ce ne sont sûrement pas eux que l’état va aider en premier… Il est bien plus nécessaire d’aider les grands groupes ….

Nous souhaitons surtout que cette journée rappelle à tous que ce sont les travailleurs qui font tourner le monde, l’économie… Que c’est toujours à eux que l’on demande des sacrifices…

Hier le gouvernement voulait nous voler notre retraite, aujourd’hui, il tente d’augmenter la durée du temps de travail, la diminution du temps de repos hebdomadaire…

Beaucoup acceptent aujourd’hui des glissements dans l’application du code du travail pour être au service des autres, par solidarité… Prouvant que cela est possible en tant de crise, les dirigeants veilleront à ce que ce soit possible en permanence…

Nous souhaitons aussi rappeler à tous que c’est en se serrant les coudes, en ne se laissant pas diviser que nous pouvons lutter. Ils essaient déjà de semer la zizanie entre ceux qui travaillent et ceux qui peuvent rester chez eux, entre ceux qui auront des primes et ceux qui n’en ont pas ;  Bientôt entre ceux qui pourront garder leurs enfants et ceux qui devront les mettre à l’école pour retourner travailler sous peine de sanctions économiques….

Alors même si nous ne pouvons pas manifester aujourd’hui, gardons l’esprit de lutte et rappelons nous que l’on obtient pas un acquis mais qu’on le gagne et qu’il faut toujours le défendre….

En rappel , paroles de l’Internationale :

L'État comprime et la Loi triche,
L'impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s'impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux
C'est assez languir en tutelle,
L'Égalité veut d'autres lois ;
"Pas de droits sans devoirs, dit-elle
Égaux pas de devoirs sans droits."

C'est la lutte finale ;
Groupons nous et demain
L'Internationale
Sera le genre humain.

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la banque
Ce qu'il a créé s'est fondu,
En décrétant qu'on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

 

 

Ajouter un commentaire

 
×